Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

[TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Dim 14 Juil - 12:52
Spoiler:

Une nouvelle rentrée à peine achevée, et les mauvaises habitudes étaient déjà de retour. Il avait fallu bien peu de temps pour que Sophie-Anne se replonge dans son quotidien parfois un peu trop superficiel, passant plus de temps à rêvasser, à se demander si elle serait seule ce soir ou non. Oh oui, elle aimait beaucoup séduire et s’amuser un peu, mais tout compte fait, c’était très rare que cela aboutisse. Trop chiante trop vite, ou trop déçue par tel ou tel garçon. Il suffisait parfois d’un mot de travers, qui bien vite se transformait en mot de trop. Et un début d’histoire qui se finissait, tout à coup. Avant même d’avoir réellement existé, en somme.
Parfois, ça lui faisait de la peine, au moins un peu. Elle n’était pas méchante, au fond, la grecque. Juste trop légère, incapable de considérer une relation sérieusement jusqu’au bout. Love will always be a game comme le disait la chanson. Du moins, c’était ainsi qu’elle avait décidé de voir les choses. Histoire d’éviter de trop souffrir, craignant la déception plus que de raison.

En un mot. Lâche.
Oh oui, bien plus qu’elle ne pourrait l’avouer, ignorant au fond à quel point elle pourrait sacrifier une relation possiblement viable et stable, juste par peur d’être déçue,  à un moment ou un autre. Difficile également de savoir d’où cela lui venait. Peut-être le fait de vivre dans un monde, sans quotidien bien fixe. Un monde de rêves et de songes. Après tout, elle n’avait pas grandi comme tous les enfants, mais était-ce vraiment une excuse ? Oh non. La jeune femme n’avait aucune excuse. Absolument rien.

Flânant longuement, elle s’était retrouvée sur le toit. Pas tellement par hasard en vérité. Oh oui, c’était pour quelque chose, ou plutôt, quelqu’un de précis que Sophie était là. Ça faisait quoi… Une bonne année qu’elle ne l’avait pas vu ? Quelque chose du genre.
Non, ce n’était pas son petit-ami, ni une personne proche. Au contraire, même, en un an passé à tenter de le séduire, elle s’était faite jeter un certain nombre de fois. Jusqu’à vaguement s’en lasser et laisser tomber. Puis lui, il avait disparu. Pour ensuite reparaître, un an après. Oh, elle ne s’était pas vraiment inquiétée pour lui, ce n’était pas la question. Qui plus est, s’il avait attiré son attention, c’était parce qu’il était beau gosse, et voilà tout. Puis le mystère, ça attirait, surtout les greluches vaguement superficielles comme elle. Et ce type là en tenait une couche, niveau mystère. Toujours seul, et pas franchement aimable. Mais elle avait tenu bon, pour une raison qui n’avait pas de sens. Juste comme ça, oui. Il lui plaisait, même si au final, ça ne tiendrait jamais. Comme les autres, elle l’aurait bien aimé, un temps du moins. Pour ensuite lui dire adieu et à jamais.

Pourquoi le toit ? Ça n’était pas une certitude, juste une supposition. La possibilité de le retrouver la potentiellement. Il avait changé, de ce qu’elle en avait aperçu, encore cependant un peu sceptique envers son identité. Elle le saurait bien vite, la jolie. Trop curieuse. Trop bornée aussi, une vraie sangsue.

Il y eut un grincement tout à coup. Ça venait des gonds de la porte menant au toit. Quelqu’un était là, mais elle lui tournait le dos, accoudée à la rambarde. Fixant l’horizon qui s’étendait à perdre de vue, sa crinière turquoise décoiffée lentement par le vent. Une journée comme les autres, chaudes  à souhait, et la forçant à ne porter que peu de vêtements. Un short en jean et un débardeur blanc et large, laissant voir son soutien-gorge de dentelle noire. Rien de plus, rien de moins, et encore ce vent qui la faisait frissonner.

« T’as enfin retrouvé le chemin de l’école, hm ? » C’était quitte ou double. Soit elle se plantait et passait pour une fille étrange, soit elle avait raison et lançait la conversation. Tout simplement.


Dernière édition par MissTick le Dim 16 Mar - 9:04, édité 2 fois
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Dim 14 Juil - 21:12

Deus releva vivement la tête. Un instant, il parut même surpris, mais la cause de son sursaut ne put l’apercevoir, se tenant toujours de dos. Il lui fallu s’approche pour se rendre compte que la belle ne lui était pas étrangère, au contraire ! En voilà une que monsieur aurait préféré ne pas revoir en revenant ici. Déjà qu’il n’était pas ravi de remettre les pieds sur l’île… Mais Sa’ida avait tellement insisté.
Une fois de plus, le voilà coincé ici pour faire plaisir à quelqu’un. Mais peut-être que cette fois, ce serait différent. Peut-être trouverait-il même un moyen de focaliser son pouvoir ! Peut-être y avait il un espoir pour lui !

Bah, qui est-ce qu’il essayait de convaincre ? Lui-même ? Ses proches ? Ou les autres ? Il n’y avait rien à faire pour sa condition. Ce n’était pas faute d’avoir essayé.
Le jeune homme s’appuya sur la rambarde, à un bon mètre de sa camarade. « Y'a une différence entre perdre le chemin et l'éviter. » marmonna-t-il sans même lui lancer un regard. Cette greluche se croyait maline. Assez pour ne pas fuir malgré tous ses avertissements. Mais cette fois, son apparence réussirait probablement à la faire changer d’avis. Si ça se trouvait, la pauvre petite allait s’enfuir en pleurnichant. Ha, Dieudonné donnerait tout pour voir ça. Plus le temps passait, plus il apprenait à apprécier le travail de sa colocataire improvisée. Même les larbins des mecs qui voulaient le démonter s’étaient écartés sur son chemin ; à présent, il ne risquait plus de blesser personne. Plus d’accident. Plus de culpabilité. Sacrifier toute relation sociale pour le bien des autres, ça faisait bien chevaleresque. Et puis, au fond, il y aura toujours elle pour l’aider à supporter la solitude, si la maladie ne l’emportait pas avant.

Du moment que ce n’était pas lui qui l’arrachait à ce monde, ça lui allait.

« T’as rien de mieux à faire ? » La présence à ses côtés l’angoissait. Il n’attendait que le moment où elle s’en irait et rayerai tout simplement de sa liste de personne à enquiquiner. La demoiselle avait la fâcheuse tendance de lui tourner autour, et rien n’était plus effrayant. Pas elle, non, mi-femme mi-poisson, ça n’avait rien d’un monstre. Non, il avait toujours peur de lui, de ce qui arriverait si cette idiote le touchait. Ugh, ce serait tout à fait son genre, à cette inconsciente. Deus roula des yeux, extériorisant le fond de sa pensée.
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Dim 14 Juil - 21:44
La raison qui la poussait à être là, à le chercher encore lui échappait un peu au fond. Un genre d’envie qui n’avait pas de sens, une quête qui ne mènerait à rien. Combien de fois lui avait-il fait comprendre qu’il n’était pas intéressé, qu’il était dangereux, et tout un tas d’autres choses ? Ce n’était pas qu’elle s’en moquait, pas vraiment. Simplement, il y avait le mystère, il y avait l’appel du danger et de l’inconnu. A ses yeux, il représentait quelque chose d’inaccessible et de potentiellement mauvais pour elle. Comme un désir de faire quelque chose de stupide tout en étant parfaitement consciente de l’issue, si réellement il y en avait une.

Pourtant, un an entier ou presque, elle l’avait oublié, mis de côté avec les souvenirs sans intérêt et les soucis inutiles. Superficielle, mais ce n’était pas nouveau. Et d’un autre côté, sans vouloir lui trouver d’excuse, à quoi d’autre pouvait-elle donc se raccrocher à son propos, s’il n’y avait que son apparence qu’elle connaissait ? Il n’y avait que ça qui lui était accessible, parce que tout le reste, il le gardait jalousement pour lui, repoussant farouchement la moindre approche. A la manière d’un animal blessé, peut-être. Ou d’un être qui avait quelque chose à cacher, aussi. Mais il en montrait justement beaucoup, jouant la carte du gars par recommandable, aux capacités douteuses et dangereuses.

Mais elle ne se rendait pas compte que c’était un moyen pour ne pas souffrir.
Un peu comme elle pourtant, quoi que tout était profondément égoïste chez Sophie.

Sans un regard pour lui, la grecque sut pourtant bien vite qu’il était proche. Il lui avait manqué ? Oh non. Une présence de moins, de la place pour une autre. Il n’était qu’une occupation comme une autre, n’est-ce pas ? Cela ne pouvait être autrement. Alors, elle glissa son regard perçant sur lui…
… et resta figée.

Quelques instants tout au plus, sourcils haussés, prise au dépourvu. Ainsi donc, ce n’était pas juste une rumeur. Il avait vraiment une gueule à faire peur. Elle resta silencieuse, se tournant un peu plus vers lui, scrutant les lignes qui peignaient son visage. Intriguée, irrémédiablement attirée par cette incongruité. « Et moi qui pensait que c’était juste des ragots… » Dans sa voix, il y avait la curiosité et l’amusement léger, toujours. Il n’était pas bien chanceux de subir ça, la présence de cette fille-là. Alors qu’elle, elle n’en avait cure. Ou juste qu’elle e s’en rendait pas compte.

Et, alors qu’elle avait ignoré ses premières paroles, ce qu’il ajouta par la suite l’amusa, peignant sur ses lèvres un sourire railleur. Osant même se rapprocher, alors que peut-être devrait-elle fuir, qui sait. « Rien de mieux à faire ? Mais je ne fais rien du tout. » Elle pinça les lèvres, ses mirettes rivées sur lui, fascinées. « Ce n’est pas comme si tu étais le seul à pouvoir profiter des lieux. »
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Dim 14 Juil - 22:12
Des ragots ? Venant d’elle, ça ne l’étonnait même pas. La nouvelle avait donc filé rapidement, comme d’habitude. Il suffisait d’une étincelle, un mot de travers, et foum, le brasier prenait. Même pas besoin d’huile pour l’attiser, les sms et e-mail le propageait bien assez vite. Deus se retourna enfin vers l’intéressée, profondément mécontent de sa remarque. Serait-ce même un claquement de langue agacé qui venait de troubler le silence ? « Je pensais que les godiches préféraient rester en troupeau. » Bam. Avec un peu de chance, celle-ci suffirait à la vexer. Du moment qu’elle ne décidait pas de lui lancer une gifle…

Il réajusta son blouson en cuir, décidément trop chaud pour cette journée. Ou tout simplement pour l’île tout entière, voir le contient. Sérieusement, il n’aurait pas pu naître en Alaska ou au Groenland ? Oh, ou encore mieux : naître normal, pour ne pas à avoir à se couvrir pour éviter d’utiliser son pouvoir par inadvertance.
Mais là, sur le toit, le mutant ne risquait pas vraiment de bousculer quelqu’un par inadvertance. A moins de carrément rentrer dans la demoiselle à côté de lui, ce qui n’était pas dans ses projets. Aller, il pouvait bien l’enlever, histoire de ne pas se liquéfier sur place.

La brise s’insinua sous les manches de son t-shirt, le faisant légèrement onduler. C’était bon de pouvoir en profiter. A moins que la jeune fille ait l’attention de faire une fête sur le toi, sans quoi ce petit moment de quiétude déjà perturbé tomberait complètement à l’eau. « Je m’approprie rien du tout. » Lui qui venait là uniquement pour se faire discret, ce serait bien gonflé de s’autoproclamer propriétaire du toit. « Mais j’estime que tu n’arrives pas à saisir le concept d’isolation ? » Mauvaise langue, mais c’était le seul moyen de faire déguerpir la demoiselle. Du moins, cela marchait pas si mal il y a deux ans.
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Lun 15 Juil - 18:32
Dans la plupart des cas, Sophie manquait clairement de tact. Il fallait dire qu’en prenant tout avec légèreté et sa sale manie de faire comme si jamais rien n’était grave, difficile d’être capable d’un peu de diplomatie. Quoi qu’au fond, elle faisait peut-être bien exprès, tiens. Parce qu’elle trouvait ça marrant de voir leurs airs offusqués, et parce que toujours et encore, elle s’en foutait. Ça lui attirerait des ennuis, un jour. Mais ce jour, bien malheureusement, n’était pas encore arrivé. Oh oui, il faudrait qu’un jour quelqu’un la mette devant la vérité des choses, la secoue un peu histoire qu’elle arrête de se comporter comme une pauvre idiote. Mais ce n’était pas pour demain.

A présent qu’il était tourné vers elle, la grecque se rendait compte qu’il était totalement méconnaissable, ou presque. Elle retrouvait encore, à son grand amusement, ce regard désappointé par sa présence, et un froncement léger de ses sourcils. Ca n’avait pas changé, ça. Cette encre, c’était juste un autre masque. Oh, les raisons de son geste lui passaient totalement au-dessus de la tête, en quoi cela la concernait-elle, de toute façon ? Non, superficiellement parlant, il devenait d’autant plus mystérieux à ses yeux, une énigme trop réticente à être résolue.

Il pouvait bien jouer le méchant avec elle, ça ne marcherait pas avec elle. Oh, il l’avait vexée, et cela se voyait sur son minois, qui présentement affichait un air tout à fait offusqué. Pour ensuite être effacé d’un haussement d’épaules, son regard d’un vert perçant assez déstabilisant retrouvant l’horizon. Ce qu’il pouvait être désagréable ! Elle n’avait rien fait de mal, non ? Cependant et bien malheureusement pour lui encore une fois, elle retombait toujours sur ses pattes, Sophie. La plupart du temps, en tout cas. « Si ça peut te faire plaisir, t’as qu’à te dire que je suis perdue. » Un rictus narquois, et un relent de rancune dans le timbre de sa voix. Oh, elle n’aimait pas du tout qu’il la prenne pour une idiote ! Espèce de mufle, va.

L’observant du coin de l’œil retirer son blouson, se demandant si ses tatouages se poursuivaient plus loin, la demoiselle finit par soupirer. Il fallait bien avouer que malgré tout l’intérêt –temporaire- qu’elle pouvait lui porter, monsieur était parfois très agaçant. Mais bon, il était mignon, quoi que là, elle n’était plus certaine de rien. Enfin, même ça n’était pas suffisant pour la repousser. Étrangement attirée par ce type, fascinée.

Sourcils légèrement haussés et mine toujours aussi outrée par ses propos, elle ne perdit pas de temps pour répondre, haussant les épaules : « J’étais là avant toi, je te ferais remarquer. » Le tout ponctué d’un sourire à la fois vainqueur et fier.

Une fois de plus, elle se rapprocha quelque peu, jusqu’à venir s’asseoir sur la rambarde, pas bien loin de lui. Ayant un bon équilibre, elle ne craignait pas de tomber, non….
… sauf si elle faisait exprès.

Oups, une main qui glisse et un corps qui bascule vers l’arrière, une moue surprise plutôt bien mimée. Parce qu’elle avait un truc à vérifier. Et qu’elle était vraiment très conne parfois.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Lun 15 Juil - 19:25

Sa remarque ne l’avait pas laissé de marbre, et pourtant la demoiselle s’obstinait à rester dans le coin. Tiens, en un an, elle avait au moins appris à mieux encaisser, ou alors son obstination s’était endurcie. Quoi qu’il en fût, sa présence continuait de l’agacer. Sa remarque lui tournait en tête maintenant. Oui, c’était vrai, le toit ne l’appartenait pas, et madame se trouvait là avant, mais… Sérieusement, qu’est ce qu’elle foutait là ? Il ne l’avait jamais croisé sur le toit auparavant, pourquoi venir ici maintenant ? Du peu qu’il connaissait de la jeune fille, ses actions n’étaient jamais tout à fait innocentes …

Deus ne remarqua même pas que cette godiche s’était assise sur la rambarde, trop occupé à essayer de l’ignorer au mieux. Mademoiselle voulait partager le toit ? D’accord, mais qu’elle le laisse tranqui--  

Ses yeux venaient à peine de glisser sur Sophie, et la voilà qui basculait en arrière. Son corps semblait se renverser au ralenti, ses mèches turquoise camouflant rapidement la surprise sur son visage. Le jeune homme sentit l’adrénaline électriser son échine ; il ne lui fallut pas longtemps avant d’agripper les bras de se camarade pour la tirer en avant, manquant de passer lui aussi par-dessus la rambarde. Son geste fut si violent qu’ils manquèrent tous les deux de s’étaler sur le sol.
Ses mains serraient toujours fermement la jeune fille, du moins jusqu’à ce que leur propriétaire reprenne ses esprits et la repousse soudainement. Ce petit incident suffit à lui couper le souffle. Celui-ci peinait à revenir, et ce fut hors d’haleine qu’il commença à s’énerver. «  Pourquoi t’es allée te foutre au bord du vide si t’as pas de putain d’équilibre ! » Il ne manquait plus que les gens se mettent à mourir autour de lui sans avoir à tâter de son pouvoir. Sérieusement, le mutant trouvait Sophie déjà idiote au possible, mais en plus inconsciente ?

M’enfin, une telle réaction montrait bien qu’il s’était fait du mouron pour elle, durant une seconde en tout cas. « Tu pensais à quoi, sérieux ?! » Il s’essuya nerveusement les paumes sur son t-shirt. La sensation de sa peau contre la sienne ne voulait pas se dissiper : c’était comme si les bras de la demoiselle étaient toujours enserré par ses mains. Ça lui donnait des frissons.

« … Hey. » Ne pas recevoir de réponse commençait à le rendre anxieux. Le contact n’avait pas été assez long pour lui faire vraiment du mal, sans doute juste de quoi lui faire tourner légèrement la tête, peut-être la nausée, mais… Cela suffisait amplement à avoir un petit aperçut de ses capacités. « … Ça va …? »
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Mar 16 Juil - 23:24
Au fond, elle ne faisait pas exprès. Ni d’être détestable, ni d’être détestée, non. Sophie n’y pouvait rien si elle était comme ça, hein. Quoi que, faire des efforts pourrait aider, c’était un fait Mais pourquoi faire ? Elle n’était pas la seule à juger au premier regard, à la première impression. Et depuis le temps qu’elle était ici, ce serait peine perdue, finalement. Alors, elle restait telle quelle, envahissante et superficielle, un peu idiote parfois. Véritablement socialement inadaptée, parce qu’ayant grandi d’une façon bien différente de la plupart des gens qu’elle pouvait croiser ici. Jamais scolarisée de façon classique, oh non. Toujours sur la route, ici et là sans jamais prendre racines. Alors oui, elle avait des lacunes. Tellement, et il allait bien falloir qu’un jour, elle les comble toutes. Ou au moins une grande partie.

Malheureusement, surtout pour lui, ce n’était pas aujourd’hui qu’elle allait changer. Oh, elle ne voulait pas lui du mal, non, elle n’était pas si mauvaise. Et même, la grecque n’était au fond pas une mauvaise personne. Pas douée avec les gens et trop crue, oui. Trop obstinée aussi, et tout un tas de choses du genre, mais pas méchante à proprement parler. Elle voulait juste le connaître, même si c’était pour des raisons superficielles. Puis au final, où était le mal à vouloir juste prendre du bon temps avec quelqu’un ? Bon, en général, avec elle ça ne finissait jamais sur une note joyeuse, mais ce n’était qu’un détail, non ?

Puis, il y avait ce geste stupide qu’elle venait de faire. Mettre sa vie en danger pour vérifier quelque chose dont elle doutait encore. Pourtant, elle ne comptait plus le nombre de fois où il avait usé de cet argument pour la faire fuir. Ca n’en valait pas la peine, et pourtant elle l’avait fait. Pauvre idiote que voilà.

Et maintenant ? Elle avait sa confirmation, cette réponse qui ne valait pas la peine de prendre des risques. Étourdie et déboussolée, le cœur affolé sans qu’elle comprenne et une vague sensation de nausée. Elle l’entendait lui crier dessus mais ne réagit pas, toute tremblante encore. C’était donc vrai, hein ? Était-elle contente ? Difficile à dire, à vrai dire. Par contre, pour ce qui était de réaliser sa bêtise, ça ne risquait pas de se produire, oh non.

« Arrête de crier, tu veux ? » Son regard vert et perçant glissa sur lui, tandis que Sophie reprenait ses esprits, une étrange sensation parcourant toujours son corps tout entier. « Ca va. » Un soupir, alors qu’elle penchait la tête sur le côté, le dévisageant. « Pourquoi tu m’as rattrapée ? » La demoiselle haussa légèrement les épaules, ajoutant, toujours sur le même ton : « T’aurais eu la paix. » C’était plutôt macabre de parler de ça, comme si de rien était.

Oh, et visiblement, elle n’était pas assez conne pour lui dire qu’elle avait fait exprès. Tout comme était soulagée qu’il l’ait bel et bien rattrapée, à vrai dire.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Jeu 18 Juil - 21:03

Deus resta interdit, dévisageant la jeune femme. Sa conscience peinait à réaliser ce que la demoiselle venait de lui cracher. Ça paraissait si… Fou. Dingue. Il fallait vraiment pas être bien pour seulement songer à ça. Ou bien il fallait avoir une sacrément mauvaise image de la personne en face de soi, au choix.
Il se mit à réfléchir, la main posée sur le menton, rompant un instant le contact visuel. Puis, enfin, après un silence qui semblait s’éterniser, le jeune homme sortit de son mutisme. « C’est comme ça que tu me vois ? » Vu son ton, la chose l’agaçait. Et comment ! Il cherchait à se faire craindre, mais de là qu’on le pense à être du genre à souhaiter la mort de ses congénères ? Ça valait bien le coup de tenir les gens à distance pour éviter de les blesser si on se retrouvait avec une telle réputation.

Après quelques vifs pas, les deux élèves se retrouvèrent à nouveau face à face. A vrais dire, ils n’avaient jamais été aussi proches, ou du moins Deus n’avait jamais permis à la jeune fille de se tenir à cette distance de sa personne. « Mais qu’est ce qui va pas chez toi ?! » La quiétude récemment installée venait de se volatiliser avec une poignée de mouettes. Il voulait la prendre par le col et la secouer un coup, mais il risquait de la toucher à nouveau. La tuer n’était pas le but, surtout pas après une telle déclaration.

Mais ne serait-il pas mieux sans cette pimbèche dans les parages ?

L’adolescent chassa rapidement cette idée de son esprit, dégoûté par le simple fait qu’elle ait traversé celui-ci. Décidément, Sophie savait le mettre dans tous ses états, et surtout dans ceux auquel monsieur était le moins habitué. Il inspira profondément, se calmant graduellement. « T’es chiante, mais j’veux pas ta mort pour autant. »  Une chose presque étrange à entendre. Après tout, n’étais-ce pas lui qui ne cessait de menacer de tuer si on le touchait ? ‘A single touch could kil you’, ça ressemblait à son slogan.
Mais, à vue de la moue vexé sur son visage cadavérique, se voir rabaisser au rang de simple misanthrope souhaitant la mort à tous ses congénères le froissait plus qu’il ne voulait le montrer. « J'ai pas besoin de ta mort sur la conscience, espèce de tarée. » Méchant ? Noooon. Après tout, Sophie-anne venait d’entrer dans la catégorie des tarées en se laissant tomber de là. Tarée ou suicidaire, peut-être. « … Et tu n'devrais pas jouer avec la vie. » Grand discourt, pour changer. Pourtant, Deus était bien placé pour savoir à quel point une vie pouvait être fragile.
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Lun 22 Juil - 21:52
Ce qu’elle lui avait lancé était stupide. Totalement idiot et profondément malsain. Oh, et ne parlons même pas du fait que ce devait être foutrement blessant et on ne peut plus désagréable à entendre. Pas une seule seconde elle n’y avait pensé. Non, tout ce qui comptait pour elle, c’était d’avoir raison, de lui prouver tout à coup quelque chose dont elle était stupidement convaincue. Trop intéressée tout à coup par l’énigme qu’était Deus, sans vraiment ce soucier de la personne qui pouvait ce trouver derrière cette encre blanche.
Égoïste et terriblement superficielle, idiote également, voilà trois qualificatifs qui allaient superbement à la demoiselle en cet instant. Sophie n’avait en ce moment rien de bien plaisant, et qu’il la repousse pour ne plus la croiser serait le geste le plus sage qu’il puisse faire, et le plus mérité, également. C’était triste, lorsque l’on savait qu’au-dessous de tout ça, il y avait une personne bien plus sympathique qu’on penserait. Un peu trop solitaire, et potentiellement inadaptée à la vie avec les autres, terriblement maladroite également. Rien de bien méchant, non, mais au-dessus des qualités s’accumulaient trop de défauts et indélicatesses pour la rendre plaisante.

Le pire dans tout cela était surement qu’elle n’en démordait pas. Oh non, la grecque le fixait, admirant d’un œil fasciné et intrigué ce qu’elle avait provoqué, comme un enfant venant de donner un coup de pied dans une fourmilière. Son visage, bien que dissimulé derrière les tatouages, était toujours expressif, et ne parlons même pas de son regard.
La demoiselle bougea à peine lorsqu’il se rapprocha, ses deux mains sur la rambarde derrière elle, et ses mirettes perçantes vissées aux siennes, presque défiantes. Elle se sentait à la voir follement amusée et étrangement coupable de le voir s’échauffer ainsi. C’était dur à admettre, mais il y avait une petite part d’elle, au fond, qui regrettait ce qui se passait. Mais, c’était ça ou se faire ignorer encore et encore. Quitte à être haïe ensuite. Qu’est-ce que ça changeait, de toute façon.

Elle n’avait toujours pas cillé, l’écoutant parler, encore et encore. Ruminant ses paroles, pensive. Toujours ce sale sourire collé aux lèvres, avant de s’effacer progressivement, lâchant quelques mots, après un soupir presque agacé : « La vie n’est pas grand-chose, au final. Tout le monde fini par mourir, ça vaut pas la peine d’en faire tout un plat. » C’était lancé d’un ton presque monocorde teinté de cynisme. Et parce que son visage ne le montrait pas, il était bien loin de deviner à quelle point ses paroles sonnait faux dans son esprit, ou presque. Sauf que toujours, Sophie-Anne voulait garder la face. Qu’importe le reste. Et surtout devant lui.

« Et je viens de te demander d’arrêter de me crier dessus. T’es sourd ou quoi ? » Les sourcils légèrement haussés, elle semblait tout à coup presque contrariée, morose également. « Avec une attitude pareille, faut pas s’étonner si les gens pensent ce genre de trucs. » Parce qu’elle le savait, il y avait des gens à l’école qui supposaient ce genre de choses malsaines, et pire peut-être. Pourtant, ça n’excusait pas ce qu’elle venait de faire et dire, la peine qu’elle devait lui causer et qu’elle ignorait délibérément.

Tout à coup, elle tendit le bras, agrippant son t-shirt, histoire de le tirer vers elle, pour ensuite se hisser sur la pointe des pieds, son visage proche du sien, son regard dans le sien. « Alors, Deus. Tu veux vraiment continuer comme ça ? Faire peur à tout le monde et rester seul dans ton coin ? » Tout ce qu’elle faisait n’avait plus de sens tout à coup. Elle agissait sans trop comprendre. C’était totalement stupide, voilà tout.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Mer 24 Juil - 21:30
Sentir le tissu de son t-shirt entre les doigts de la jeune femme le paralysa durant un instant. Il peinait à croire que quelqu’un avait osé l’empoigner ainsi ; le toucher, même indirectement. Trop habitué à voir les gens s’écarter sur son passage, Deus resta coi, laissant à sa camarade une liberté totale pour s’exprimer. Si elle ne l’avait pas pris par surprise, le jeune homme ne l’aurait jamais laissé terminé. Il l’aurait déjà envoyé chier. Mais ce n’était pas le cas. Là, il restait interdit, presque électrisé par le souffle de la fille sur son visage. Ils étaient si proches…

Mais le mutant finit par réagir l’attrapant à son tour par les vêtements. Ses pieds ne tardèrent pas à quitter le sol, juste une poignée de seconde. Le temps qu’il fallait pour lui répondre. « Qu’est que tu connais sur la mort, hein ? Qu’est ce que tu sais sur MOI, Sophie ?! » Il avait beau avoir arrêté de hurler –à la demande de la demoiselle-, ses paroles semblaient vociférées. Un ton bien au delà du précédent, sans vexation ni inquiétude. Ça ressemblait à de la rage crue, la vraie, celle qui te prend à la gorge et fait frémir.
L’adrénaline se dissipa et ses bras commencèrent à trembler, l’obligeant à laisser tomber sa camarade, la poussant contre la barrière. Deus n’avait pas jamais été aussi brutal : pas ici, en tout cas, et surtout pas envers une femme. Mais dans le cas de Sophie, le sexe importait peu : elle venait de l’attaquer personnellement, de remettre en question son comportement. Ce qu’ils faisaient pour préserver les autres du danger, de LUI. Et c’était bien connu : seul la vérité blesse. Il savait bien que c’était idiot de continuer comme ça, mais l’entendre le rendait dingue.

Le jeune homme se retourna vers Sophie, avalant à nouveau la distance les séparant. « Toi, la femme-poisson, qu’est que tu sais sur la souffrance ? T’as déjà fait du mal avec ton putain de pouvoir ? T’as déjà tué quelqu’un ?! » Sa voix chevrota. Il en avait bien trop dit. La seule chose qui passa encore la barrière de ses lèvres fut un juron étouffé alors qu’il se tournait le dos à la cause de ses soucis.


Dernière édition par Pistache le Mer 24 Juil - 23:52, édité 1 fois
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Mer 24 Juil - 23:10
Le geste avait été brusque et mal contrôle, Sophie s’en rendait compte après coup. Pourtant, sa main n’avait pas lâché le tissu pour autant, et sa voix n’avait pas faibli, oh non. C’était trop tard, d’une part, et de toute façon, elle était bornée. Alors non, la jeune femme ne comptait pas reculer, surement pas. Elle avait des choses à lui dire, pour une raison qui lui échappait, certes, mais elle devait les dire quand même. De toute façon, ce qui se passait là lui filait entre les doigts. Il y avait de la colère contre lui, tout à coup, et elle lui en voulait vraiment. Bêtement et peut-être même égoïstement, qui sait. Mais chose certaine, elle avait frappé fort, et pas qu’un peu.
Et pour cause ! Une fois qu’elle l’eut lâché, ce fut à son tour de jouer à la brute, la saisissant sans peine par son t-shirt, lui faisant d’ailleurs quitter le sol durant quelques secondes. Un instant durant lequel la demoiselle se demanda même s’il allait la frapper, la partageant entre un sentiment d’appréhension et de victoire. Oh oui, définitivement, elle avait mis le doigt sur quelque chose. Une réalisation qui avait le don de la laisser presque amère pourtant, et un peu troublée. Parce que oui, elle était conne, Sophie, de s’acharner sur lui de la sorte. Mais au fond, il y avait bien plus que de la fascination et de la curiosité pour lui. Il l’agaçait. Oh oui, et pas qu’un peu !

Alors, elle n’avait pas cillé ou presque, subissant ses reproches, un poids sur la poitrine tout à coup. Il se trompait lourdement, l’imbécile. Elle savait très bien ce que c’était la mort, la perte et tout ce qui allait avec. Elle savait. Et le voir se comporter comme un martyr l’énervait de plus en plus. C’était pourtant partie d’une intention futile, une envie de flirter un peu peut-être. Mais là, c’était tout autre chose.

Toujours appuyée sur la rambarde, son regard assombri vissé sur le jeune homme, la grecque serra les poings, subissant encore sa tirade comme s’il était le seul à souffrir sur la planète entière, pauvre enfant. « T’imagine même pas à quel point j’ai envie de te coller ma main dans la gueule, Deus. » Voilà qu’elle s’échauffait un peu, tout à coup. « A t’entendre, on croirait que t’es le seul à avoir jamais souffert ! T’es con où tu le fais exprès ?! » La demoiselle déglutit, tentant d’oublier son rythme cardiaque qui s’accélérait un peu. Lâchant un juron, elle retenait l’envie de le frapper, vraiment. Parce que ça l’énervait au plus haut point, cette façon de penser, si stupide ! « T’es vraiment un imbécile. Te comporter comme ça changera rien, parce que de toute façon, si un jour il doit t’arriver une couille, ça arrivera quand tu t’y attendras pas. Et avoir repoussé toutes les personnes s’intéressant à toi jusque-là y changera rien ! »

Ce fut ensuite à son tour de lui tourner le dos, serrant le métal froid entre ses doigts, fixant le vide en contre-bas. « Ma mère est morte il y a trois mois. T’es pas le seul qui se retrouva face à ça. Je l’ai pas tuée, c’est un fait, mais vient pas me dire que je comprends pas. » Un soupire la quitta, alors qu’elle fronçait les sourcils. Elle se sentait étrangement vide tout à coup. Il était la première personne à qui elle en parlait. Un vrai crétin en plus.

C’était du délire total.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Mer 24 Juil - 23:51

A chaque mot, la culpabilité prenait la place de la colère. La honte, elle-aussi, n’était pas bien loin. Pour être franc, Deus ne savait plus trop ou se mettre. Il commençait à se trouver idiot. Heh, qui aurait crut qu’un jour, il serait d’accord avec l’un des avis de mademoiselle ? Ses paroles prenaient de plus en plus de poids, elles sonnaient de plus en plus vrais. Il ne voulait pas lui donner raison, et pourtant, cette fois, les circonstances l’y obligeaient. Parce qu’elle avait raison, Sophie Anne.

Un silence de mort s’installa entre eux, dos l’un à l’autre, boudant chacun de leur côté. Et puis la jeune fille reprit la parole, et le monde sembla se dérober sous ses pieds. Son être tomba dans le vide, glissant à la manière de sa camarade un peu plus tôt, mais involontairement. Ce fut une claque. Une claque balancée par le sol où il s’écrasa lourdement. L’agonie de la conversation résonnait dans l’air, chambrée par la brise. Deus ne s’était jamais sentit aussi idiot. Une fois de plus, Sophie avait raison : c’était qu’un con, un imbécile finit.

Aucune formule toute faite n’arrivait à sortir de sa bouche. Toutes mes condoléances ? Désolé ? Cela ne ferait qu’envenimer la situation. « T’as raison … » Il venait de s’asseoir contre la barrière en métal, sans oser relever les yeux vers la jeune fille. « J’suis un connard égocentrique. » Petite victoire pour Sophie, mais lui se doutait bien qu’à l’instant, ça n’importait pas tant que cela. Ses doigts brossèrent ses mèches décolorées en arrière, entrainant avec eux son bonnet. Il cherchait toujours ses mots, angoissé par le silence retombant si rapidement. Une situation à s’en morde l’intérieur des joues. « J'avais pas à te juger. » Ça coulait de source. Une évidence qui pourtant peinait à être admise. En même temps, si la demoiselle cessait de se comporter en godiche, les gens arrêteraient de la juger. Du moins, Deus préférait se dire ça pour consoler son ego.

« J’ai juste tellement peur … » Le volume de sa voix ne dépassait plus le murmure, juste assez forte pour être vaguement perceptible. Sa tête se renversa en arrière, sans pour autant observer Sophie. Ses yeux se contentaient de fixer le ciel. Les nuages vaporeux, avançant lentement, sans se presser. Une vision incroyablement reposante. « J’pense que t’en as rien à branler des mes excuses, mais je suis désolé. » Ses iris glissèrent enfin sur la jeune femme, cherchant le contacte visuel. « Sincèrement. »
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Jeu 25 Juil - 13:49
En venant l’attendre sur le toit, jamais Sophie n’aurait cru que ça tournerait au vinaigre de cette façon. Oh non, vraiment pas. Elle pensait l’embêter un peu, tenter de le l’attirer dans ses filets une fois de plus, par simple ennui et curiosité. Rien de plus, vraiment. Juste tenter de le séduire parce qu’elle n’avait rien de mieux à faire, et que malgré son allure peu engageante, il lui plaisait. Surement son côté mystérieux, qui ne pouvait qu’appeler une demoiselle superficielle comme elle, tiens.
Cependant, tout avait bien changé depuis quelques minutes déjà. Entre son geste stupide et ses paroles l’étant plus encore, elle avait fait fort, vraiment. Elle avait tout provoqué, il n’Avait fait que suivre. Et voilà où ils en étaient. Chacun énervé contre l’autre, la tension presque palpable. Pas franchement le meilleur environnement qui soit pour faire connaissance ou juste flirter, comme elle comptait le faire au début. Ah non, là il n’y avait plus grand-chose de très constructif à faire, si ce n’est continuer à se cracher leur fiel dessus mutuellement.

Et elle ne comprenait pas. Pourquoi lui avait-elle parlé de sa mère, quelle idiote ! Jusque-là, elle n’en avait jamais parlé à qui que ce soit, oh non. Mais il avait fallu qu’elle se confie à un idiot fini qui n’en avait rien à faire d’elle, trop occupé à se morfondre sur lui-même. Elle ne se reconnaissait plus, la grecque. Se confier, ce n’était pas son truc, oh non.

Puis à quoi il jouait tout à coup ? Ne venait-il pas de dire qu’elle avait raison ? C’était totalement inattendu, à vrai dire. Ce qu’il rajouta n’aida clairement pas à la sortir de son incrédulité, alors qu’elle glissait son regard sur lui, présentement auprès d’elle. Oh, elle non plus n’aurait pas dû, c’était un fait. Mais de son côté, elle n’était pas prête de l’admettre, encore trop en colère contre cet idiot. Alors, elle préférait rester silencieuse, l’observant du coin de l’œil. Ce type si étrange, presque fascinant. A vrai dire, il la rendait de plus en plus curieuse, au-delà de l’intérêt purement superficiel. Et ce qu’il lui confiait tout à coup tira à Sophie une expression tout à fait intriguée. Voilà que c’était lui qui se lançait dans les confessions personnelles, maintenant ?

« T’es pas une lumière, hein ? » Les mots n’étaient pas gentils, mais le ton s’était bien calmé, devenant juste un peu amer. La demoiselle avait relevé ses mirettes vertes vers lui, croisant le regard de monsieur. « T’en fais pas, c’est pas important. » Elle ne voulait pas y penser, oublier à quel point cela lui faisait de la peine en réalité.

Et maintenant ? Elle était un peu perdue, tout à coup. Pourtant, elle devait bien dire quelque chose, rester comme ça la rendrait plus bête encore. Alors, elle sourit vaguement, lui donnant un léger coup de poing sur l’épaule, rien de bien méchant. « Maintenant c’est foutu pour toi, j’sais que t’es pas un mauvais type. Je vais pas te lâcher. » Et elle rit, préférant laisser de côté les soucis. Avant de se placer devant lui, sur la pointe des pieds pour que son visage soit à hauteur du sien, ses deux mains sur son torse, veillant à ne pas le toucher directement. « Tu comptes faire quoi pour te débarrasser de moi, hm ? » La légèreté était tellement moins prise de tête.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Jeu 25 Juil - 23:12

Deus regrettait déjà de lui avoir donné raison oralement ET mentalement. Sophie restait une coqueluche écervelée. Au moins, elle lui avait prouvé qu’apparemment, même elle pouvait prendre en compte la réalité au lieu de vivre dans son petit monde imaginaire. Le jeune homme n’aurait su dire s’il la trouvait attristante ou juste simplement idiote, mais à présent l’insulter pesait bien plus lourdement sur sa conscience. Parce qu’elle lui avait ouvert les yeux. Ça lui cassait les noix de l’avouer, mais c’était vrai.

Et la voilà qui riait déjà. Passer du drame à la comédie en si peu de temps déconcertait l’haïtien, toujours bloqué sur sa révélation déroutante. Comment pouvait elle garder le sourire alors qu’un de ses proches été décédé il y a si peu ? Leurs caractères s’opposaient bien trop pour qu’il comprenne. « J’avais pensé à te balancer par dessus la barrière. » Oh mon dieu, est-ce que Deus venait réellement de faire une blague ? De l’humour noir ? Sur la mort ? La présence de la sirène commençait sérieusement à déteindre sur lui. Vite, vite, de l’air avant de se transformer en Sophie numéro deux. Surtout que l’originale commençait à se faire de plus en plus envahissante. Deus était loin d’être tactile, et sentir les paumes de la jeune fille sur son corps lui déplaisait hautement. Le dilemme restait que, dans sa position, enlever les pattes de mademoiselle sans toucher était… Difficile.

« Hey. » Une amorce simple couplée d’un geste du menton en direction des mains de Sophie rendait son message tout à fait compréhensible, mais il préféra tout de même développer, au cas où. « Si tu pouvais arrêter de me molester, ce serait cool. » Ses yeux lui jetèrent un regard noir. Il se sentait légèrement mal à l’aise dans cette situation : il aurait très bien pu se décaler sur le côté, mais avec la godiche collée à lui comme ça, il risquait de la toucher par inadvertance. Et cela crevait les yeux qu’elle profiterait de la situation.

« Je suis sérieux. » Plus les mots sortaient de sa bouche, plus la situation devenait cocasse. Sérieusement, la petite ado’ blanche qui arrive à maîtriser le grand noir qui ose même pas bouger, c’était risible. Et Deus ne manquait pas d’en rajouter une couche malgré les regards noirs lancé à sa camarade.
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Ven 26 Juil - 13:44
La voir rire si facilement pouvait facilement laisser penser qu’elle n’en avait rien à faire, que cela ne la touchait pas. Alors qu’au fond, ce n’était qu’un lâche stratagème pour fuir la réalité une fois de plus, et faire comme si tout allait bien. Car autant elle détestait voir des gens s’apitoyer sur leur sort, autant elle haïssait le faire elle-même. Au final, elle donnait juste l’air d’être une superficielle idiote qui se moquait de tout et prenait la vie pour un jeu. Ça lui allait très bien, au moins personne ne lui posait de questions. Oh, personne non plus ne semblait désirer mieux la connaître, ais elle s’en fichait. Il suffisait d’être amie avec des gens comme elle, voilà tout.

Oui, ça avait quelque chose de pathétique, affreusement, mais ça lui convenait. Parce que tout ce que souhaitait Sophie, c’était avoir des amis, au fond. Être appréciée, même si ce n’était que pour ce qu’elle semblait être. Tant pis, ça lui allait très bien comme ça.

Lui par contre, il était malchanceux en un sens. S’attirer l’attention et la convoitise d’une fille comme la grecque n’était pas franchement forcément flatteur. Elle était jolie la demoiselle, pour sûr, mais se comportait comme une pure idiote, vraiment. Et à présent qu’elle s’était rendue compte qu’il était loin d’être un méchant gars, elle risquait fortement d’être plus collante et insistante qu’auparavant. Pour obtenir quoi, au juste ? Elle-même n’en avait tout simplement aucune idée. Mais il l’intéressait, assurément.

« Tu changes vite d’avis, dis donc. C’est pas toi qui disais que tu voudrais pas un truc pareil, même si j’étais affreusement chiante ? » Un léger ricanement la quitta, alors qu’elle ne le lâchait pas du regard. C’était presque amusant de le voir tout à coup se détendre un peu, blaguer quoi que c’était de mauvais goût. Bah, elle n’était pas tellement mieux à ce niveau-là, pourquoi l’en blâmer ?

La suite, par contre, tira à la jeune femme un large sourire amusé et taquin à la fois, presque canaille. Alors comme ça, monsieur n’aimait pas qu’elle soit si proche, et pire encore, qu’elle le touche ? En y réfléchissant un peu, ça ne devait pas arriver souvent, vu son pouvoir. Mais cela n’empêcha nullement Sophie de la taquiner un peu plus, et d’en jouer. « C’est la première fois que tu vois une fille de si près, hm ? » Son sourire s’agrandit un peu plus, alors qu’elle se rapprochait encore, son visage si proche du sien. « T’as peur que je profite de toi, Deus ? Je suis gentille, tu sais… » Un léger silence suivit, alors qu’elle s’était redressée un peu plus, faisant mine de vouloir l’embrasser, ses lèvres venant tout juste effleurer les siennes, avant de reculer, quittant le contact avec lui. « J’oserais pas profiter d’un gars qui peut pas se défendre, voyons ~ » Et la voilà qui s’appuyait à nouveau contre la rambarde, un sourire en coin.

Elle faisait la maligne, mais au creux de sa poitrine, son cœur battait fort tout à coup. Elle ne comprenait pas pourquoi, vraiment pas. Mais quelque secondes à peine, lorsqu’elle avait pensé l’embrasser, la grecque s’était sentie tout à coup embarrassée. Nerveuse. Et pas seulement par ce qu’engageait le fait de le toucher, oh non. Elle s’en fichait de toute ça. Puis, un baiser ne durait pas bien longtemps.

Alors, elle lui jeta juste un regard en coin, le tout avec un sourire moqueur, narquois.
Égale à elle-même.
Toujours.
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 14/07/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Lun 29 Juil - 19:50

Décidément, Sophie Anne possédait un réel don pour le paralyser. Une fois de plus, le moindre de ses muscles se tétanisa lorsque son visage s’approcha du sien, bien assez pour sentir son souffle sur ses lèvres. Derrière l’encre blanche, Deus devait être rouge comme une pivoine. Puis la jeune fille s’éloigna, le laissant enfin respirer et reprendre ses esprits. Durant une seconde, il avait faillit la repousser en croyant qu’elle allait vraiment l’embrasser. De gêne, ou de peur de lui faire du mal ? L’haïtien préféra se persuader de la seconde option malgré son cœur tambourinant dans sa poitrine. « Je pourrais me défendre. » rétorqua-t-il non sans sembler vexé. Après tout, quel comble pour un mâle de se faire considérer sans défense.

Il sentait son regard sur lui, tentait en vain de l’ignorer. Avant même de le rencontrer, il le savait moqueur, comme à l’habitude. Soupir exaspéré. Ses mains s’enfouirent dans les poches de son jeans. « Qu’est ce que tu cherchais à faire, là ? » Pour changer, son ton était tinté d’agacement. Alors qu’au fond, ce court instant, cette proximité effrayante ne lui avait pas tant… Déplu. Outre le fait de ne jamais avoir été embrasser ou approché de si près, sa peur viscérale avait pris une autre forme. Quelque chose qui s’apparentait à l’amour du danger. Une sensation étrangère terriblement perturbante pour le jeune homme, raison de plus pour s’enquérir des motivations de sa camarade.  

Il ramassa son blouson et l’enfila, histoire d’éviter que la demoiselle ne profite trop de sa ‘vulnérabilité’. Autant souffrir de la chaleur que de la laisser s’amuser davantage, surtout pas à ses dépends. « Tu perds ton temps avec moi, Sophie. » Voilà qui jetait un froid à l’ambiance, mais au fond, oui, la pauvre perdait son temps si elle pensait qu’il lui tomberait dans les bras comme les autres idiots. Il ne pouvait nier que la demoiselle était plaisante à regarder, mais les relations et lui restaient incompatible. Et vu la réputation de celle-ci, Deus se doutait bien qu’elle ne lui tournait pas autours pour rien. Surtout pas après ce ‘presque’ baiser. « Tu me fais absolument aucun effet. » Mensonge. Autant Sophie était chiante au possible, autant elle avait le mérite de s’intéresser un minimum à lui. Ça suffisait amplement à lui faire de l’effet.
avatar
Messages : 756
Date d'inscription : 10/01/2013
Voir le profil de l'utilisateurhttp://mermaid-hotel.bbactif.com

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

le Mar 30 Juil - 21:28
Il pourrait mais il ne le ferait pas. Sophie avait bien vite comprit, après cette petite altercation entre eux, que ce garçon était loin d’être un mauvais type, ou quelqu’un capable de faire du mal à qui que ce soit. Oh non, il avait beau se donner le style du gros loubard méchant qui mordait au moindre regard, elle avait eu la preuve en direct : Deus avait bien plus de l’agneau que du loup. Alors oui, vile créature qu’elle était, mademoiselle profitait de ce fait insoupçonné, pour s’amuser un peu et se distraire. Agir toujours avec légèreté, comme si la vie entière était un jeu, et que rien ne la touchait. C’était forcément le cas, hein.

« Te troubler un peu, quelle question. Et je crois bien que j’ai réussi ♥ » Elle faisait la fière, la grecque, et pourtant. N’était-elle pas troublée elle aussi, le cœur palpitant et le souffle court ? Inadmissible et insensé, et pourtant. La nervosité qui l’avait saisie l’espace d’un instant ne venait pas de nulle part, contrairement à ce dont elle pouvait se convaincre. Oui, autant l’admettre, elle-même avait été troublée pas le jeune homme, son regard peut-être, elle ne savait pas trop. Quoi que, les mirettes de son vis-à-vis ‘avaient rien de vraiment marquant, au fond. Quoi que le regard noir qu’il lui adressait présentement était presque intimidant. Presque. « T’aurais préféré que je t’embrasse, hm ? » Mais oui, faire la maligne était un bon plan, vraiment. Quelle idiote.

Sans un mot de plus, le regard pétillant et le sourire aux lèvres, la demoiselle l’observa remettre son blouson. Pauvre gars quand même, il devait crever de chaud avec un truc pareil sur le dos. Déjà que rien qu’avec son polo et son short, la sirène étouffait… Oh, au fond, elle ressentait surement un peu d’empathie pour lui. Malheureusement, autant pour lui que pour elle, Sophie-Anne préférait masquer ça sous les taquineries et autres légèretés. Tellement plus facile à vivre ainsi, lorsqu’il n’y avait rien de sérieux à assumer.

« C’est pas tellement à toi de décider de ça, mec. Puis quoi encore ? » Et elle ricana, effaçant d’un revers de main le pincement dans sa poitrine, durant quelques secondes à peine. Cependant, il ne s’arrêta pas là, oh non. Et les mots qu’il ajouta effacèrent bien vite le sourire railleur de la jeune femme. Au lieu de cela, c’était une moue presque blessé qui peignait son minois. Avait-il réussi à toucher un point sensible ? Peut-être que oui, et peut-être que non. Il y avait de l’exagération dans son expression, et pourtant, ça l’avait touché. Mais une fois de plus, elle voulait se convaincre que non, l’idiot, et en jouer un peu. « C’est pas un truc qu’on dit à une fille, ça. » Et elle se mordilla la lèvre, lui tournant le dos. Difficile de rester sérieuse elle avait du mal. Mieux valait en rire qu’en pleurer, hein. Surtout pour elle.

Alors, elle tourna la tête vers lui, un semblant de sourire aux lèvres, un regard un peu dramatisé. « Demain soir, à la plage. Je t’attendrais là-bas. » N’était-ce pas un rencard qu’elle venait de lui donner ? Ca y ressemblait. « J’espère que t’auras trouvé de quoi te faire pardonner. » Un sourire, et la voilà qui s’éloigne de la rambarde, mains dans les poches e son jean, après un signe de main.
Elle avait l’air confiante, Sophie, tellement. Mais au fond, il y avait la possibilité qu’il ne vienne pas, et ça lui déplaisait.
Contenu sponsorisé

Re: [TERMINÉ] i’m a ghost haunting these halls ;

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum